Il est 17h28, un dimanche, j’ai passé une bonne partie du week-end à repeindre les murs de mon futur bureau et je m’installe devant mon ordinateur pour travailler.
Pourquoi ?
 
Parce que j’aime ce que je fais – en fait, je mens un peu quand je dis que je travaille, c’est surtout beaucoup de plaisir – et que je voudrais qu’il puisse en être de même pour tous ceux qui le désirent.
Parce que je lance un nouveau programme et un atelier cette semaine qui vont changer la réalité de ceux qui vont s’inscrire et que je me dois d’en parler encore.
Parce que j’ai décidé de passer à la vitesse supérieure cette année, ce qui signifie pour moi m’engager dans ce que je fais en suivant le flot. Pas en m’épuisant, pas en me forçant, mais en agissant régulièrement et au bon moment pour moi.
Parce que j’ai des messages importants à partager et les mots pour les dire.
Parce qu’il fait trop chaud pour aller faire du vélo 😉
 
Tu imagines avoir cette chance-là ? Travailler quand c’est le moment pour toi, te fixer des objectifs bien plus grands que toi et foncer. Ne plus regarder en arrière, ne plus douter, mais avancer dans la confiance sereine de la mission que tu t’es donnée. Avec joie et enthousiasme.
 
Samedi matin, je me suis levé tôt et grognon. J’ai pris mes fidèles compagnons : cahier et crayon et j’ai écrit mon ras le bol, ma colère, mes frustrations.
Ce qui est apparu, c’est surtout une sensation oppressante d’inachevé, trop de tâches commencées et non terminées, trop de « en cours » qui me minaient et me coupaient de ma créativité.
Besoin de faire de la place pour du nouveau pour avancer, besoin de terminer quelque chose pour créer l’espace du renouveau et du neuf.
Je pouvais choisir d’être irascible toute la journée, pester, râler contre tout ce « qui doit être fait », maudire la terre entière pour toutes ces tâches que j’ai moi-même choisi mais qui n’avançaient pas assez vite, en vouloir à mes proches de ne pas en faire plus, remettre en question mon couple pour la énième fois (faut bien trouver un coupable…)
J’ai choisi de mettre toute cette belle énergie à MON service, de questionner ce qui créerait plus pour moi à cet instant et de passer à l’action, en l’occurrence terminer les peintures de mon bureau.
Pour transformer ta vie, ton corps, ta situation financière, ton couple ou la couleur de tes murs, tu DOIS choisir et passer à l’action.
Ce n’est pas un choix que tu fais une fois de temps en temps, sans lendemain.
C’est un choix que tu fais envers TOI.
C’est un choix que tu fais envers TA VIE.
C’est un choix que tu renouvelles encore et encore quotidiennement.
Qu’est-ce que tu choisis et mets en action maintenant ?
Partage-le dans les commentaires, c’est une excellente façon de t’engager publiquement 😉
Tu trouves ce contenu inspirant ? Merci de le partager :